vendredi 5 décembre 2008

Quoi qu'il arrive, toujours regarder vers le haut.

Les ressortissants de pays pauvres vous diront souvent que l'éducation est ce qu'il y a de plus important dans la vie. J'ai moi-même plusieurs amis d'origine étrangère qui font de longues études alors qu'ils sont issus d'un milieu modeste: une fille qui passe son CAPES avec un papa chauffeur routier et une maman femme de ménage, une autre en troisième année de Lettres Étrangères Appliquées anglais-chinois dont la maman est coiffeuse et le papa dans la restauration, et bien d'autres encore. Le fait est que, quand on est issu d'un milieu plutôt intellectuel en étant d'origine étrangère, on est encore plus poussé à l'excellence.

Les asiatiques sont des personnes très avares de compliments.
Par exemple, en chinois, on utilise très rarement le compliment « très bien » (很好) mais plutôt « pas mal » (不错). Mes parents n'échappaient pas à cette règle et avaient l'habitude de me sermonner quand j'avais de mauvaises notes, mais de ne pas trop me complimenter quand j'en avais de bonnes. J'étais donc très contente quand mon père laissait échapper un « c'est bien » quand j'avais bien travaillé. J'étais aussi terrifiée de me faire sermonner, puisque, comme bien des enfants, j'ai des parents qui ont de très bons arguments pour me convaincre de travailler, très convaincants, et surtout interminables.

Les arguments étaient toujours les mêmes, évoqués par ordre d'importance
: ma mère, qui s'est faite toute seule, a été deux fois major de sa promotion pendant ses études d'infirmière, et maintenant co-auteur d'un article sacré meilleur article de l'année dans une revue médicale renommée, et puis mon père, qui a totalement refait ses études de médecine alors qu'il les avait déjà faites au Cambodge, et puis voulais-je vraiment me montrer irrespectueuse envers mes si nombreux cousins cambodgiens qui rêveraient d'aller à l'école? Bien sûr, pou échapper au sermon habituel, je m'efforçais de travailler dur pour ne pas décevoir mes parents.

Et puis il arrivait des moments où les sermons n'avaient plus aucun effet sur moi: avoir un bon 12 de moyenne sans travailler, c'était une chose non négligeable pour certains. Quand je me plaignais que ma moyenne avait baissé, il y avait toujours deux ou trois camarades pour me dire qu'eux n'avaient pas une aussi bonne moyenne que moi, et que je devrais être heureuse... Et mes parents, qui n'étaient pas de cet avis, avaient vite fait de remettre les pendules a l'heure: « le travail, c'est comme escalader une montagne, il n'y a qu'une fois qu'on est au sommet qu'on peut regarder en bas ». Après cette phrase, j'ai vite fait de ne plus discuter de ms notes à l'école, pour ne pas avoir à expliquer le fait que mes parents pensaient que je ne devais pas regarder mes camarades, plus bas que moi dans l'ascension, au risque de me donner le vertige et de tomber.

Un jour les sermons ont arrêté
. Bien sûr, j'étais devenue une bonne élève, mais j'ai aussi fini par me sermonner toute seule: maintenant, dès que j'ai une note que je considère mauvaise, mon seul but devient de toucher du doigt l'excellence et de faire en sorte que la prochaine devienne la meilleure possible. Je suis une perfectionniste, et j'aime la compétition, certes, mais pas seulement. Il y aura toujours en moi cette part de fierté de ne plus être sermonnée, de voir que mon père évoque mon parcours scolaire avec cette même fierté devant des amis, et aussi de pouvoir dire à ces cousins au Cambodge, à tous ces gens qui aimeraient tellement être à ma place : regardez-moi, je ne vous ai pas déçus.

7 commentaires:

frenchi971 a dit…

bon en fait je ne vais pas reagir sur ton article directement mais sur ton commentaire sur lr.
1/je suis passe sur ton blog au moment ou je t'ai demandee comme amie et (c'etait avant cet article)donc tout se trouvait deja sur lr.
tu es recente sur lr et donc tu n'as pas vecu les autres "frondes"
Etant un mec la une m'est interdite et je dois avouer que je m'ne moque. si tu m'as lu tu auras constate que je ne suis pas litteraire du tout et je l'assume.
ce qui me gene c'est que tres souvent en une on a les articles des aauteures remunerees et on nous les rechauffent enceore et encore meme si c'est evident que certains de ces articles n'interessent personne ou presque.
J'ai deja eu l'occasion d'expliquer que je travaille dans un gd campus americain et ne suis jmais sur le meme ordi. je dois "login" et n'ai aucun moyen d'avoir mes favoris, il m'est donc impossible de suivre 25 blogs differents. en ca lr est tres bien pour rassembler pleins de style differents.
le fait est que sur les details dont j'ai deja parle sur l'article de lr la redac nous prend un peu trop pour des cons, nous meprise en qque sorte. le suel truc c'est que ce sont les lectrices non remunerees qui font vivre ce blog meme s'ils ont horreur de ce terme. pour eux c'est un journal electronique et pas un forum.
Je pense donc que si tu es payee pour ecrire un article tu dois aussi en faire le suivi et pas t'abriter derriere le redac pour repondre a ta place car "tu as autre chose a faire". si c'est le cas fis tes autres choses comme il faut et laisse tomber ce que tu ne peux finir. ca rejoins ton article ou toi meme tu sais si tu as bien travaille ou non. ps besoin du regard des autres pour savoir.
de meme je ne fais ps trop confiance aux mp de lr car je ne sais pas quel point ils sont prives et n'i pas besoin qu'ils puissent lire ce que je ne souhaite pas qu'ils voient.
c'est vrai qu'on est tous d'accord lr est un magnifique lieu de rencontre mais il faut qu'ils soient un peu plus a notre ecoute. bcp sont partis a cause de ces pb.
ca n'a pas l'air de marcher trop bien car il y a trop de pb d'ego.
tu as du entendre parler de sand et de son blog communautaire Harry couches toi la. chacun veut diriger et ca marche pas .
j'aimerais pouvoir faire un lr plus ouvert mais je n'ai ni les competences ni les moyens financiers.
tout comme toi j'ai un blog avec peu de visiteurs et ca me chagrine que qqun passe sans laisser une trace ecrit meme negative, mais c'est la vie. je te mets donc une email ou tu peux me joindre: frenchi971@gmail.com.
le blog c'est frenchi971.over-blog.com
comme tu le constatera , j'aime bcp krib et elle est aussi passee sur mon blog. malheureusement, je n'arrive pas a la joindre en dehors de lr et je ne souhaite pas evoquer ces sujets en mp.
j'ai deja ouvertement critique lr sur leur site et je ne veux pas qu'ils puissent lire ce que je pense d'harry, ca leur ferais trop plaisir.
au plaisir de te lire
A+ pascal

Krib a dit…

Hello Tévy :p J'ai une amie qui est comme toi, très perfectionniste, et qui supporte mal l'échec. J'ai eu bcp de mal à la comprendre car je suis du genre à en faire juste le minimum, vu que ma bonne mémoire me permet de réussir sans trop bosser ^^ Mais depuis quelque temps, je travaille plus dur, rien que pour voir la fierté dans les yeux de ma mère quand elle dit à la famille que je suis bonne élève. Ouvrière depuis 20 ans, je pense qu'elle considère ça comme une revanche sur la vie...Voilà pourquoi ton article me touche, parce que tu sais décrire ce sentiment qui fait que je m'investis plus dans mes études..

tévouille a dit…

Et j'en suis flattée Krib! Je suis contente de savoir que mon message est passé pour quelqu'un! merci :)

frenchi971 a dit…

ah j'avais espere un petit mot en reponse....

tévouille a dit…

Dans ta boite mail frenchi, dans ta boite mail...

edensb a dit…

Étrange sentiment de déjà lu, normal ?

Frenchi = pense aux trackback ? Retrouver le commentaire auquel tu fais référence étant délicat.

J'ai peut voir que soucis il y a quelques mois de ça, quant demandé ce qu'il en était = laissé pour compte :
http://www.mysacamain.com/ladiesroom+greve+des+blogueuses-365

note : l'excellent co.mments sera interrompu d'ici au 11 de ce mois, dommage, il me faudra une autre astuce es suivi.

Alia a dit…

Tévy, je fais un lien vers ton article dans ce billet de mon blog:
http://alia.eklablog.fr/2012-05-07-souvenirs-personnels-d-un-acharnement-educatif-absurde-pour-a46217088

J'ai reconnu l'éducation que j'ai reçue dans ce que tu y décrivais. Par contre, mon ressenti est différent du tien...